Voilà un petit moment déjà que je voulais écrire un billet sur un de mes endroits préférés, et c'est chose faite !!! Cela fait quasiment un an que j'ai découvert cet établissement et c'est toujours un plaisir d'y faire une visite.

Je me rappelle encore la première fois que je m'y suis rendue après qu'Edmond ait fait un article sur cette civette ; j'étais récemment installé en région Bordelaise et jusque-là je ne connaissais que "La Régence", située à l'époque en plein centre-ville de Bordeaux. C'était une maison bien fournie mais il n'y avait pas ce petit truc qui vous donne envie d'y retourner, aucune interaction hormis le bon vieux "vendeur-client".

IMG_1477

Au "421" ce fut une tout autre histoire car dès le départ je m'y suis senti à l'aise ; Angelina la gérante se montra très accueillante et pas du tout avare en conseils. Comble d'une première visite, elle m'offrit un cigare sans même me connaître par simple générosité, une attention qui se fait de plus en plus rare de nos jours....

Puis il y eut cette soirée de dégustation au mois de février 2015, réunissant les fidèles de l'établissement. Une première pour moi en tant que novice, n'ayant encore jamais assisté à ce genre d'évènement. Pour chaque convive, deux cigares étaient offerts: un Hoyo de Monterrey "Petit Robustos" et un Bolívar "Gigantes". Le chef cuisinier fit des merveilles avec ses petits plats (là aussi offerts, preuve supplémentaire de la formidable générosité des gérants), égayant nos papilles ; un groupe de jazz joua pour l'occasion, les "Once Upon a Time ; les dirigeants de Coprova étaient de la partie également (oui oui rien que ça) et malheureusement, le journaliste de "L'Amateur de Cigare" ne put se joindre à nous en raison d'un imprévu... Une formidable soirée autant que je m'en souvienne.

IMG_0832

Par la suite j'y suis allé à plusieurs reprises où à chaque fois j'ai pris plaisir à converser avec Angelina lors de mes achats. Dernièrement, je m'y suis rendu car il fallait que je réapprovisionne mon stock de Cubains et de Honduriens. J'ai commencé par prendre un café avant de passer par le walking-humidor, tout en échangeant quelques mots avec Éric, le mari d'Angelina, ainsi qu'avec leurs deux fils, Fabio et Donato ; ils sont tout autant passionnés de cigare que l'est Angelina et c'est toujours un réel plaisir de discuter avec eux.

Angelina a d'ailleurs gentiment accepté de répondre à quelques questions dans le cadre de ma venue:

 

Depuis quand existe "Le 421" ?

L'établissement existe depuis 1920 ; à l'époque c'était un restaurant du nom de "Le Grand Louis". Puis au cours des années trente c'est devenu un bar, "Les Traverses". Ce nom provenait du fait que le tramway passait juste en face et que des traverses étaient stockées à l'arrière de l'établissement. Ce n'est qu'en 1992 que l'endroit prit le nom de "Le 421" ; il s'agissait d'un bar là aussi où l'on pratiquait le jeu du 421 sur le comptoir. Mon époux, mes fils et moi, avons repris l'établissement en décembre 2011, sans changer le nom car ça porte malheur (rire). C'est toujours un bar mais nous y avons ajouté une cave à cigares et faisons aussi bureau de tabac(note: ci-dessous une photo extraite d'un livre, montrant le restaurant "Le Grand Louis").

IMG_1474

 

Vous avez toujours vécu en région Bordelaise ?

Non, avant nous étions à Marseille où nous possédions là aussi un bar. En 2008, nous sommes venus nous installer à côté de Bordeaux en dirigeant notre première affaire avant "Le 421" ; il s'agissait d'un bureau de tabac. Ce changement de région est dû au fait que cela faisait vingt ans que nous venions en vacances près du Bassin d'Arcachon et j'adore ce coin.

 

D'où vous vient cette passion pour le cigare ?

Pour moi le cigare est un bijou, chaque boîte que j'ouvre m'émerveille ; en fait je les préfère aux bijoux (rire). Quand nous avions 18 ans mon époux et moi, nous fumions le cigare comme ça lorsque nous allions en boîte de nuit. Nous les achetions dans un bureau de tabac où ils étaient mal conservés, on fumait sans vraiment apprécier la chose et avec méconnaissance. Puis lors d'un voyage en Corse, dans un restaurant à Ajaccio, j'ai acheté un cigare qui était dans un joli tube ; il n'avait vraiment rien à voir avec ceux que j'avais fumés auparavant tant il était bien conservé. Mais il me rendit malade car n'y connaissant pas vraiment grand-chose, j'ai avalé la fumée... Le lendemain j'ai rencontré un homme, que je vis assis sur un banc en train de se délecter du cigare qu'il fumait. J'ai donc discuté avec lui afin de comprendre le plaisir que lui procurait le cigare et en lui racontant ma désagréable expérience de la veille. Il me parla longuement du cigare, des terroirs, de la fabrication, de la conservation, et tout et tout. Cette rencontre a été le déclic et c'est depuis que j'ai cette passion.

 

Avez-vous des projets en cours concernant votre établissement ?

En raison de la législation en vigueur assez compliquée, nous avons dû abandonner notre projet de faire un fumoir... Par contre, nous songeons sérieusement à faire agrandir notre cave à cigares !!!

 

Quel(s) cigare(s) appréciez-vous en ce moment ?

En ce moment je fume un Cumpay "Short" en soirée. Avant c'était le Arturo Fuente "Hemingway" - Short Story. J'ai mes périodes en ce qui concerne la dégustation d'un cigare (rire). Et s'il y en a un qui m'a profondément marqué, je dirais qu'il s'agit d'un Romeo y Julieta "Exhibicion No.4" en cabinet de novembre 2006 ; tout simplement fabuleux.

IMG_1475

 

Après ça j'ai pénétré dans le walking-humidor pour faire mes "emplettes". À l'intérieur on ne voit pas les minutes qui passent, on peut même dire que le temps s'arrête, car on apprécie parler, rigoler, débattre et être conseillé par Angelina, qui est une vraie passionnée.

Si un jour vous passez dans le coin, n'hésitez pas à vous arrêter dans cet établissement ; vous y trouverez des gérants formidables, la délicieuse cuisine du chef Jean-Luc et un grand choix de cigares.