S'il y a bien une marque que j'affectionne particulièrement dans le catalogue Cubain, c'est Hoyo de Monterrey. Certains puristes du havane m'ont déjà fait remarquer que cette marque était faite pour les débutants (ce que je suis d'ailleurs) car trop légère et pas assez complexe paraît-il, que si je voulais pleinement apprécier les havanes il fallait que je passe à autre chose ; Cohiba par exemple, pour ne citer que cette marque...

Mon cul !!! C'est des conseils à deux balles, c'est ce que j'en dis !!! J'aime les Hoyo de Monterrey, j'assume totalement ce choix et même si ces cigares s'avèrent relativement légers (ce qui n'est pas un défaut soit dit en passant), je ne vois pas pourquoi je m'en priverais sous prétexte que des "bien-pensants" du havane ont décrété que ça devait être comme ça et pas autrement. Sortez des sentiers battus un peu et carrez-vous entre les chicots autre chose que du Cohiba ou du Montecristo, vous vous coucherez moins con !!!

Bref, dernièrement j'étais tranquillement affalé dans mon fauteuil en train de visionner la nouvelle saison de Fargo et j'ai choisi de déguster le gordito (20mm x 141mm) de la marque, le "Epicure Especial". Par le passé j'avais déjà goûté ce module à plusieurs reprises mais je lui avais toujours préféré son petit frère, le "Epicure No.2".

Bien qu'il s'agisse d'un bon cigare, j'avais toujours trouvé qu'il lui manquait un petit quelque chose par rapport au robusto de la marque, même s'il n'y a pas forcément lieu de comparer ces deux modules.

IMG_1633

Et bien là ce fût le panard, le vrai !!! Le temps resté à végéter avec ses congénères lui a fait le plus grand bien, y a pas à dire. Il est beau ce Hoyo, bien rempli, bien gras, dégageant de subtiles saveurs végétales.

Dès les premières bouffées, je ne peux que constater la rondeur dont il fait preuve ; c'est doux avec des notes de sous-bois, d'herbe fraîchement coupée et de noisette fraîche. C'est goûtu et ce qui rend tout ça encore plus agréable, c'est cette sensation grasse et gourmande qui vient tapisser mon palais après chaque bouffée.

La suite est tout autant formidable avec l'arrivée de notes empyreumatiques (pain grillé et cacao), qui se marient parfaitement avec la suavité bien présente. Je ne sais même pas si ce que je raconte veut dire quelque chose ; c'est mon inexpérience de "bitos" qui parle mais je m'en cogne, le principal c'est que vous ayez saisi ce que je veux dire et dans le cas contraire, je m'en excuse...

Ce cigare termine sur du vieux cuir et des notes torréfiées, d'ailleurs je constate que contrairement aux précédents exemplaires que j'avais fumés, je n'ai pas ressenti de saveurs épicées ; curieux mais pas dérangeant.

Voilà un cigare que je suis très content de redécouvrir, le temps lui ayant fait le plus grand bien c'est certain. Ah et au fait, je n'ai rien contre Cohiba ou Montecristo je tiens à le souligner, mais je tombe un peu trop souvent sur des mecs me sortant "Moi je ne fume que du Cohiba, c'est ce qu'il y a de meilleur parce que c'est ce qu'il y a de plus cher !!!", qu'à force ça en devient risible et navrant à la fois...