C'est à un exercice difficile que je vais me livrer aujourd'hui, celui de vous parler d'une nouvelle venue dans le terroir Nicaraguayen: la marque Izambar. Ça ne devrait pourtant pas être plus délicat que d'habitude, je parle de cigare assez régulièrement maintenant sans me retenir d'émettre mon avis, qu'il soit positif ou négatif. Sauf que dans le cas présent il s'agit d'une création d'un ami blogeur que nous connaissons tous, à savoir Edmond Dantès !!! À noter que monsieur Antonio Urech est également aux commandes dans la création de ce très joli double robusto (21.4mm x 158mm). C'est donc à deux que ces messieurs ont décidé de passer de l'étiquette de consommateur à celle de créateur, en faisant appel aux services d'un master blender installé dans une fabrique d'Estelli, au Nicaragua.

C'est en toute objectivité et neutralité, que je vais me risquer aujourd'hui à vous parler de cette vitole ; que ma critique soit bonne ou mauvaise au final, j'espère juste qu'elle sera être acceptée par les créateurs de ce "Kingdom" et qu'il ne faut pas oublier que mon avis n'est finalement qu'un parmi tant d'autres, uniquement dicté par mon ressenti personnel qui ne fait bien évidemment pas office de parole d'évangile. Sans plus attendre, commençons donc par disséquer ce cigare m'ayant gentiment été offert par Edmond, auquel était accompagné un mot très sympathique et évocateur: "Un cigare est encore meilleur lorsqu'il est offert par un ami". Je me dois de confirmer cette phrase, le geste en lui-même suffit pour me faire apprécier cette vitole.

Pas trop fan des gros cepos, je dois dire que celui choisi pour ce "Kingdom" est adéquat en ce qui me concerne, mais faudrait pas plus. La longueur assez conséquente venant le compléter permet d'obtenir un format très appréciable, permettant ainsi de vous procurer une bonne heure et demie de dégustation. Cet élégant module au remplissage ferme, se voit drapé d'une cape de type Rosado Equator aux nervures fines, luisante, grasse au toucher et bien tendue. Les senteurs dégagées m'évoquent un petit déjeuner en famille, sur fond de chocolat chaud, de toast beurré mais également de cèdre. À cru on est en revanche plus sur des notes minérales assez discrètes.

IMG_2959

Après un allumage des plus formels, je m'attaque à l'analyse de ce "Kingdom": la puissance est là, bien maîtrisée, faisant la part belle aux notes de foin gras et de terre humide. Le tirage est parfait, la combustion exemplaire et la cendre blanche très compacte. C'est le genre de petits détails sur lesquels je ne m'attarde pas en général mais pour l'occasion je pense que je peux au moins faire cet effort. Après quelques centimètres, c'est une sensation oléagineuse agréable qui englobe l'intérieur de mon palais, accompagnée de délicieuses notes de chocolat au lait et poivrées. Dans ce premier tiers, cette vitole se montre bien consistante et délivre une fumée opulente.

Ce cigare est riche, gourmand à souhait, on sent bien la touche Nicaraguayenne mise en avant. Par la suite ce sont les aromates (thym et romarin) qui animent les prémices de ce second tiers, rejoint ensuite par de la noix fraîche, du biscuit au beurre, de la muscade et cette très agréable touche chocolatée de départ toujours présente. Cette seconde partie se montre plus puissante, avec des arômes très intenses. Pour son final, ce "Kingdom" s'oriente vers des tons plus pâtissiers (brioche et cacao amer), lesquels se mêlent aux notes de poivre blanc et d'aromates déjà bien présentes. Ça se fume jusqu'à s'en brûler les doigts, c'est rassasiant et c'est comme ça que ça devrait être tout le temps !!!

Voici une vitole sans réelle fausse note, pour ne pas dire aucune, qui gagne à être connue dans ce terroir que j'affectionne énormément. Certains diront "Mouais mais c'est pas aussi bon qu'un Cubain ; le Cubain c'est autre chose quand même ..." Bah voilà t'as tout dit, c'est pas un Cubain et si c'est ce que tu veux alors tu sais vers quel terroir t'orienter mon grand. Tu commandes pas du poulet en espérant que ça ait le goût du boeuf rassure-moi ?!! Ce cigare au tempérament de feu s'accordera parfaitement avec une boisson fraîche (un mojito ou un cuba libre à titre d'exemple) et n'ayez pas peur de "tirer" dessus pour qu'il délivre pleinement ses arômes, il est totalement armé pour l'occasion !!! Chapeau messieurs, voici une belle création que vous nous avez pondue pour le coup, ça m'aurait quand même fait chier d'avoir à vous dire que c'est de la merde mais ce n'est pas le cas ; sans aucune forme de léchage de cul, aucune, voici mon avis en toute objectivité et neutralité.