Bien qu'il fasse un temps ensoleillé en ce moment, les températures avoisinant le zéro font que je ne m'éternise pas dehors pour mes dégustations, m'obligeant à m'orienter vers des modules rapidement fumables. Je rêve de double coronas, de churchills, de lonsdales mais ces conditions m'obligent à me contenter de petits modules. Pas que ça ne soit pas ma tasse de thé, mais disons que j'aime ces petits moments qui durent facilement plus d'une heure. L'heureux élu du jour chez les petits bouts est le "Petit Coronas" de la maison Bolívar, un très beau mareva (16.67mm x 129 mm) drapé d'une délicieuse cape colorado bien huileuse et sans un seul défaut. Tout comme les autres modules de la marque, ce dernier est excellent je trouve, très régulier et formidable pour ce qu'il propose.

Après avoir flirté avec ses saveurs préliminaires faites de boisé et de torréfié, le petit se montre très nerveux dès l'allumage, imposant directement son caractère franc et viril, que je pourrais vulgairement classer dans la catégorie "grosses couilles bien velues" !!! Si ce "Petit Coronas" était un salarié, il aurait plus la trempe d'un ouvrier d'une usine de métallurgie qu'un comptable de 50 kilos peinant à remplir son costard trois-pièces de chez "Armand Thierry". Les bases sont posées avec sa patte au boisé (cèdre) très prononcé, la cloche annonce le début du premier round où ce viril petit puncher vient d'entrée de jeu me balancer un bon crochet du droit en pleine mâchoire, histoire de bien me faire comprendre que ça va pas être la balade des joyeux copains. Pas de soucis mon gars, on va jouer !!!

IMG_3082

Le côté torréfié d'un bon café noir et d'une croûte de pain encore chaude, vient muscler ce premier tiers en complémentarité de notes plus crémeuses, tel le moka onctueux et le beurre fondu. C'est puissant comme il faut, la fumée quant à elle se montre ample et généreuse, avec une belle longueur en bouche. Ce premier round annonce une belle dégustation dont je compte bien profiter au maximum. J'arrive au deuxième tiers, qui se montre bien plus subtile que le précédent ; j'ai eu Foreman pour commencer, là je tombe contre Ali. C'est dans des tons plus pâtissiers (brioche et chocolat au lait) que s'illustre ce petit, avec toujours cette patte au boisé très prononcé en fond de tableau. À noter que les arômes sont bien plus fondus dans cette seconde partie.

On arrive gentiment au final, la puissance a encore monté d'un cran, m'offrant une fin comme je les aime: gourmande et rassasiante. C'est rond, les notes d'épices légères, de vanille et d'amande fraîche sont vraiment mises en valeur dans ce dernier tiers. Je m'en brûle les doigts, c'est passé vraiment trop vite avec ce mareva !!! J'appréciais déjà bien ce module mais aujourd'hui je l'adore encore plus, alors si par hasard vous croisiez sa route n'hésitez pas une seule seconde, ça ne vous coûtera que 7.50 €.