Salut jeune !!! À toi qui souhaiterais découvrir cet univers magnifique qu'est le monde du cigare, je me dois de t'avertir que la tâche ne sera pas si facile mais heureusement, je suis là avec mes conseils 100% béton pour te rendre la vie assez simple. Pour commencer, il faut que tu t'établisses géographiquement, afin de pouvoir profiter de toutes les merveilles proposées au niveau international. L'idéal serait que tu aies une maison dans chaque pays grands producteurs de cigares, mais je sais bien que cela ne sera pas évident ... Si tu ne peux pas, ce n'est pas grave. Rien ne t'empêche de rester dans l'hexagone mais tu devras bien t'entourer pour que ta quête soit faite de richesses et de découvertes multiples. Mon conseil est simple: il te faut déménager pas trop loin d'un pays bien garni en civettes et avoir deux ou trois potes résidant dans ce genre de pays, pour t'en faire profiter pleinement. Moi j'ai trouvé l'astuce et je dois dire que ça marche plutôt pas mal.

Déjà il te faut forcément un ou vingt potes Belges (plus t'en as et mieux c'est, c'est prouvé scientifiquement), car en Belgique y a de bonnes civettes, de bonnes Edición Regional et aussi d'excellentes bières !!! Le Belge étant un mec très généreux de nature - c'est d'ailleurs pour ça que tu peux pas faire autrement qu'être copain avec lui de toute façon - tu devrais facilement trouver un arrangement avec lui pour élargir tes découvertes. Après il te faut un ami qui réside en Suisse, ou pas loin en tout cas. C'est grâce à cet ami, Edmond, que j'ai d'ailleurs pu déguster ce somptueux Davidoff. La Suisse est bien fournie niveau civettes et y a pas mal de raretés qui traînent encore par là-bas. Enfin, faut que t'habites pas trop loin de l'Andorre, ou l'Espagne si tu préfères, parce que chez eux les civettes sont géniales et les mecs qui les vendent encore plus, genre monsieur Armengol. Pour finir et quand t'auras fait construire une villa pas trop loin d'un de ces trois pays permettant de m'accueillir dès que j'en éprouverais l'envie, tu auras la délicate attention de me proposer de me ravitailler assez fréquemment parce que t'es un mec vachement sympa et que tu te sentiras à jamais redevable envers moi pour t'avoir prodigué de si importants conseils. C'est comme ça, c'est écrit dans le "Code du Fumeur de Cigare - Premier Testament".

Davidoff Millennium Blend Piramides

Maintenant que j'ai fini de raconter mes conneries (quoique si une bonne âme trouve mon plan vachement astucieux, je reste preneur pour le ravitaillement hein), je vais me concentrer sur le copain qui réside non loin de Genève, Edmond. M'ayant très généreusement fait parvenir un petit package de plusieurs Davidoff l'année dernière, c'est tout naturellement que je me dois de le remercier à nouveau pour cette délicate attention, car c'est pas dans l'hexagone que j'aurais pu trouver tout ce que je cherchais. Le Davidoff du jour s'avère être le Piramides de la gamme "Millennium Blend" (aujourd'hui renommée simplement en "Millennium"). C'est un cigare qui sent bon le miel et le bois vernis, avec une cape maduro vachement grasse ; c'est un Davidoff donc en général c'est forcément superbe en apparence. Une cape d'Équateur drapant une sous-cape et tripe Dominicaine, voici pour ce qui est de la composition de ce joli cigare.

Le premier tiers m'offre des notes de bois précieux, de café crème, de poivre blanc et s'avère être un brin végétal. C'est fin, avec une certaine rondeur et je dois dire que c'est vraiment très plaisant. Un beau volume de fumée, une longueur en bouche excellente, je dois dire que ce "Piramides" possède toutes les caractéristiques d'une bonne vitole, mais faut confirmer tout ça avant de trop vite s'emballer. Par la suite il se montre plus onctueux, voire crémeux, sur fond de noisette fraîche, de beurre doux et de clou de girofle. Bien que moyennent puissant, on peut même dire léger, ça me convient très bien car c'est délicieux. Le final reste dans ces tons pâtissiers, avec du cacao, du miel, du biscuit, tout en se montrant minéral par moments. C'est rassasiant, ça déguste jusqu'au bout sans avoir à se forcer ; pas besoin de vous dire que j'ai adoré ce cigare, alors on va dire qu'aujourd'hui j'ai gagné à la diabolique roulette russe incertaine de chez Davidoff. Edmond si tu me lis, encore merci pour ce présent.