H

Le "Upmann No.2" est une référence absolue dans le catalogue Cubain, du moins en ce qui me concerne. Il pourrait très bien être ce cigare que tendrait l'homme sage et averti que je ne suis pas, afin de couper court aux déblatérations délirantes du jeune premier pensant tout connaître du cigare suite à sa première dégustation d'un J. Cortès ... C'est après quelques bouffées tirées sur ce charismatique havane, que ce jeune amateur comprendrait très vite qu'il est complètement à côté de ses pompes pour ce qui est de ce qu'il sait ou croit savoir, et ça lui ferait l'effet d'un bon coup de pied au cul bénéfique afin de le remettre dans le droit chemin du fumeur de cigare qui se respecte. Ah oui, désolé pour les fans de la marque mais J. Cortès, bah c'est de la merde !!! Dixit Jean-Pierre Coffe. Tout classique qu'il est, ce "Upmann No.2" n'en demeure pas moins une pièce de choix dont il faut apprécier chaque bouffée, avec une certaine humilité, je me dois de rajouter ce petit détail.

Mais que renferme donc ce magnifique obus à la cape maduro ? Pour commencer, des senteurs très prenantes de cuir, de vieux tabac et de cacao ; plus viril tu meurs !!! Les premières bouffées se montrent gouleyantes, rythmées par des notes cacaotées, végétales et crémeuses. C'est un havane au démarrage fin et élégant, jouissant d'une intensité certaine en ce qui concerne ses arômes et délivrant une fumée soyeuse assez gourmande. Les tons boisés et terreux en arrière-plan renforcent son charisme assez prononcé. La suite s'avère être plus grasse et animale, proposant des saveurs de vieux tabac, de cuir et de réglisse. Y a pas à dire, ce cigare possède une personnalité certaine qui lui est propre. Dans son final il exulte de virilité, affirmant sans honte son côté corsé et imposant sa force sans trop faire de dommages collatéraux. Le poivre vert, la terre humide et la viande séchée, illustrent cette facette de caractère jusqu'à l'extinction. Là encore, le temps s'est arrêté, ce qui pour moi est gage d'une grande qualité pour un cigare. Ce n'est peut-être celui à qui j'ai le mieux rendu hommage, mais lui, fait partie de ceux qui ont su gagner ma préférence depuis déjà quelque temps.