Je crois que la dernière fois que je me suis frotté à un cigare Hondurien, ça devait être l'été dernier, vu que ce terroir commençait à ne plus vraiment m'attirer. Hormis quelques agréables exceptions, je ne trouvais plus mon compte dans les cigares de ce terroir et j'ai donc préféré me concentrer sur les autres restants. Cependant, lors d'une récente visite dans ma civette favorite, j'ai vu que la nouvelle gamme de chez Flor de Selva était en stock, donc je me suis "Why Not ?", ayant quand même une certaine sympathie pour cette marque. Et quand j'ai su que cette nouvelle gamme (lancée exclusivement pour le marché Européen en 2015 pour célébrer les 20 ans de la marque à titre d'infos) proposait des puros se déclinant en quatre modules, j'avoue que je n'ai pas pu résister et j'ai très vite succombé à ma curiosité grandissante. Le puro Hondurien étant peu commun, il faut l'avouer, et connaissant la passion dont fait preuve la grande dame qu'est Maya Selva dans l'élaboration de ses cigares, je me suis dit qu'il y avait sûrement une belle surprise à la clé. Pour la découverte de cette gamme, j'ai choisi le format robusto et je dois vous avouer que j'ai franchement été conquis par ce cigare.

Flor de Selva Colección Aniversario No

Pour commencer, il faut décrire la bête sous toutes ses coutures car il y a un sacré gros travail de fait à ce niveau. Comme je vous disais, c'est un puro mais les feuilles de tabac composant les différentes parties de ce module ne proviennent pas toutes de la même région. Par exemple, la feuille de cape provient de la région de Jamastran, celles de la sous-cape des régions d'Azacualpa et d'Olancho, tandis que les feuilles composant la tripe proviennent de diverses régions du Honduras, sans plus de précision. Côté construction, ce cigare est un sans-faute: cape parfaite et sans défaut, remplissage exemplaire et tirage tout bonnement parfait. Au test olfactif, ce sont de très expressives senteurs de foin gras qui s'en dégagent. J'entre dans le vif du sujet et je constate assez vite que ce cigare fait preuve d'une onctuosité certaine, se mariant vraiment bien avec les notes d'herbe grasse et de viande séchée, avec également une agréable amertume se rapprochant de la cosse de noix. C'est plaisant, copieux, gourmand, voire même assez frais par moments. Par la suite il se montre toujours aussi onctueux, sur fonds de notes florales, boisées et de caféinées. Ce cigare me fascine de bouffée en bouffée, c'est franchement un cran au-dessus des Honduriens habituels. Me délectant de sa fumée opulente, j'attaque le dernier tiers très marqué par les fruits secs (amande, noix fraîche et noisette), qui se montre parfois un brin toasté et végétal. En ce qui concerne tous les arômes décrits jusqu'ici, il faut souligner qu'ils font preuve d'une étonnante profondeur. Ce cigare est une excellente surprise, qui me réconcilie avec un terroir que j'avais laissé à l'abandon, et si toute la gamme s'inscrit dans cette démarche, je pense que le pari est amplement réussi dans ce cas !!!