250px-Hoyo_de_Monterrey

Don José Gener y Batet était un espagnol catalan qui émigra à Cuba à l'âge de treize an en 1831. Il travaillat dans la plantation de son oncle dans la Vuelta Abajo. Vers 1850, il allat à La Havane afin de créer une manufacture ainsi que sa propre marque de cigare : La Escepcion.

Ce fût un succès direct et dans les années 1860, José Gener utilisat le capital acquis afin d'acheter la ferme "Hoyo de Monterrey" située au coeur de la célèbre Vuelta Abajo à San Juan y Martinez. En espagnol, "Hoyo" veut dire trou et "Hoyo de Monterrey" veut dire le trou de Monterrey. Un terme particul!èrement approprié pour cette Vega qui s'étire en contrebas des rives de la rivière qui arrose San Juan y Martinez. Ce terroir était réputé pour produire le meilleur tabac cubain à cette époque.

La marque Hoyo de Monterrey de José Gener a été enregistrée en 1865, à l'adresse de sa manufacture au 7, principe Alfonso Street, Havana. Les cigares, composés avec des mélanges sucrés et aromatiques, remportèrent rapidement un succès international et étaient très populaires en Angleterre.

Don José Gener y Batet rentra en Espagne en 1895 et y mourut en 1900. Sa fille, Lutgarda Gener, reprit les prospères affaires familiales. A cette époque, la manufacture Hoyo de Monterrey était la plus grande de Cuba, employant pas moins de 350 ouvriers.

Après la mort de José Gener, la demande de cigares diminua. La famille se concentra plus sur les plantations de canes que les champs de tabac. En 1931, la marque Hoyo de Monterrey, avec La Escepcion, furent vendues à la société Fernandez Palicio y Ca., située au 7 de la rue Maximo Gomez. Cette société avait été fondée par Ramon Fernandez et Fernando Palicio, elle était déjà en possession de deux marques et pas des moindres : Punch et Belinda.

Ramon Fernandez mourut en 1948, Fernando Palicio reprit les affaires et créa la société Fernandez, Palicio et Cia S.A. où il était seul propriétaire. A la révolution, elle était toujours située au 51 de la rue Maximo Gomez, avec ses nombreuses marques dont Hoyo de Monterrey, Punch, La Escepcion, Belinda et bien d'autres; elle comptait pour 13% des exportations des cigares cubains en 1958.

Après la révolution, la production des Hoyo fût ininterrompue, ainsi que pour Punch et La Escepcion. Ils restent toujours aussi populaires chez les aficionados.