do

Bien qu'il soit prouvé que les indigènes de Saint Domingue avaient tout comme les Taïnos de Cuba l'habitude de fumer, l'essor de l'industrie du cigare y fut plus tardif. En fait, l'embargo des Etats Unis face à Cuba et l'exil à Saint Domingue de familles cubaines créent les conditions pour un vrai boom dès les années 1970.

Les principales variétés de tabacs cultivés à Saint Domingue sont l'olor dominicano, le san vicente et bien sur le piloto cubano. Les plantations se situent pour l'essentiel dans la vallée de Cibao. Santiago De Los Caballeros, sise au cœur de cette vallée, est la véritable capitale dominicaine du cigare. 

Alors que Cuba ne produit que des cigares "puros" (tripe, sous-cape et cape issues uniquement du terroir cubain), les fabricants et les marques dominicaines dans une démarche résolument moderne font des assemblages. La plupart des cigares dominicains sont habillés de capes de l'Equateur, des USA voir du Cameroun.

Au niveau des mélanges pour la tripe, des tabacs du Mexique, du Honduras ou du Brésil sont également incorporés aux produits locaux. De grande distinction et subtils, les cigares dominicains ont graduellement conquis un grand public aux Etats Unis, puis dans le monde entier.

Réputés pour une grande qualité de fabrication, les cigares dominicains sont également des vitoles moins opulentes et plus légères que les havanes. Ils jouissent aujourd'hui d'un succès phénoménal avec près de 400 millions de pièces exportées, loin devant les 120 à 130 millions de cigares cubains vendus à travers le monde.

Le présent article et ceux présentant les différentes marques de cigares composant ce terroir, prennent leur source sur les sites internet suivants: La Maison du Cigare, Lescigares.com, Lecigare.ch et Wikipédia