Voici un classique Cubain d'une marque que j'aime beaucoup, que j'ai pourtant trouvé sur la retenue. Quand les gens me parlent de Bolivar, ils évoquent souvent sa puissance, son côté épicé bien présent, et bien là j'ai trouvé ce module plus tranquille, hésitant à s'exprimer réellement.

Au premier abord on a du mal à rester insensible aux effluves animales, terreuses et de vieux tabac qu'il dégage. C'est un cigare rustique en apparence, avec une cape rugueuse, bosselée et grasse ; ça fait bon vieux habanos en quelque sorte. À cru c'est le cuir gras qui domine.

IMG_2490

Le démarrage est bien terreux tout en étant gras en bouche, accompagné de notes de poivre noir, de champignon et de cuir tanné. La puissance est bien présente mais avec une certaine contenance. Une entrée en matière qui flirte avec la douceur, ce qui n'est pas coutumier d'un Bolívar à ma connaissance.

La suite se fait moins grasse pour devenir plus tranchante ; la noisette fraîche, le girofle et l'étable animent ce deuxième tiers. À ce moment j'attends un petit quelque chose, une sorte de coup de sang qui ne viendra pas et c'est bien dommage, car ça rend cette vitole quelque peu ennuyeuse.

Toujours sur la retenue et de manière assez faiblarde, il m'amène au dernier acte plus onctueux, rythmé par les épices et le bois. Ça fait bizarre quand on a l'habitude d'être confronté à un "petit frère" (Royal Coronas) plus costaud et entrainant. Ce n'est pas un mauvais cigare, bien au contraire, mais il manque un peu de caractère pour pleinement s'affirmer.